Télétravail : comment on gère ? 8 conseils pour que ça marche.

Hello,

J’espère que vous allez bien !

Comme promis il y a quelques temps déjà, je reviens avec un article sur le télétravail.

Depuis bientôt 5 ans, je travaille pour une société qui accompagne les entreprises dans leurs stratégies de communication, notamment par la production de films. J’y suis chargée de production, c’est-à-dire que je gère les équipes et le bon déroulement des opérations, tout en m’occupant de la relation client, des factures, des ventes etc. Bref, un travail qui est trèèèès prenant, très dense, avec ses hauts et ses bas, beaucoup d’imprévus, mais qui nécessite une organisation irréprochable, énormément de patience et de self contrôle.

Il y a 2 ans, nous avons décidé avec Aurore de quitter Paris. Pourquoi ? Je vous laisse retrouver l’article que j’ai dédié à ce sujet ici 🙂 Je pensais quitter aussi ce travail et trouver quelque chose dans le sud ouest, mais mon patron m’a proposé de conserver mon poste et toutes ses fonctions, mais à distance, tout en venant au bureau à Paris régulièrement. J’ai assez rapidement accepté, mais en pensant que cela n’était pas réalisable concrètement, que ça ne nous conviendrait pas à tous les deux. Mais cela va faire 2 ans, donc qu’il me semble que cette nouvelle organisation fonctionne.

DSCF7004

Le télétravail est, selon moi, l’avenir. Pour toute personne ayant une personnalité autonome, il est totalement possible, je pense, de tenir un poste à distance. Mais cela requiert quelques bonnes habitudes, et beaucoup de rigueur, car on peut vite se laisser avoir.

Voici les quelques conseils que je peux vous donner si vous souhaitez vous lancer dans le télétravail :

  • #1 : On se trouve un lieu adapté

Lorsque nous nous sommes installées à Dax, nous m’avons créé un bureau à l’étage, au calme. Je n’y ai travaillé qu’une seule journée ! Très vite, je me suis sentie isolée dans ma petite pièce, et je ne m’y sentais pas bien. Je me suis installée finalement dans la salle à manger, dans notre espace de vie. Entourée de ma bibliothèque, d’objets que j’aime regarder, avec une vue sur le jardin, je m’y sens très bien. Je me sens à la fois connectée au travail mais aussi à la vie de la maison. J’ai cette grande table pour moi, et quand je lève la tête, j’ai de « l’horizon », et pas un mur comme avec un bureau classique… J’aime quand Aurore, lorsqu’elle ne travaille pas en extérieur, vient s’installer à côté de moi pour bosser, ou encore si elle est devant la télévision, ça ne me dérange pas, j’ai de la compagnie et je peux travailler tranquille quand même.

  • 2# : On s’habille !

Oui, ça paraît bête comme conseil, mais il est très important ! Travailler chez soi veut dire parfois ne pas mettre le nez dehors de la journée. Très vite, je me suis laissée avoir par le côté « Personne ne me voit, je peux bien rester en pyjama ou trainer en jogging ! ». Mais je sens une vraie différence d’énergie si je prends le temps de m’habiller, me coiffer etc. Evidemment, en 2 ans, je ne vais pas mentir et dire qu’il n’y a pas eu quelques journées où je n’étais pas présentable hein, mais dans l’ensemble j’essaie de faire cet effort, pour moi, pour être plus fraîche et pour ma femme 😉

DSCF7013

  • 3#: On ne s’étale pas

Il y a plusieurs écoles sur ce sujet, mais je défendrai la mienne 🙂 Je pense que quand on est organisé dans sa tête, on l’est aussi sur son poste de travail. A l’heure du tout digital, il me semble qu’il est tout à fait possible de tout dématérialiser ou presque. Pour ma part, j’ai sur mon bureau mon ordinateur, mon portable, et c’est tout !

D’avoir tout dans cette petite machine me permet d’avoir de l’espace ailleurs. Je n’ai jamais de paperasse avec moi. Pour mes notes, mes to do list etc, j’ai créé un brouillon unique sur ma boîte mail qui est séparé en plusieurs thématiques et que j’actualise au quotidien. Ainsi, où que je sois, à Paris ou à Dax, ou encore dans le train, j’ai toujours tout avec moi. Jamais je n’aurai oublié un cahier, un papier quelque part. Et d’avoir un espace de bureau dégagé et propre me permet de me concentrer sur l’essentiel et de ne pas me sentir submergée par la charge de travail.

Cela me permet aussi de mieux ranger cet espace une fois la journée de travail terminée. Je ferme mon ordinateur, et voilà, la salle à manger redevient la salle à manger !

  • 4#: On est à l’heure

Pour ma part, mon métier nécessite que je sois opérationnelle en même temps que mes collègues parisiens. Chaque matin, c’est moi qui « ouvre la boutique », et lance chacun à ses activités, il faut donc que je dois ponctuelle. Et là dessus, je suis toujours partie du principe que si je veux que les autres soient à l’heure, il faut que moi aussi je le sois. Je m’impose donc les mêmes horaires de bureau que j’avais à Paris, avec la pause déjeuner. Je sais que si je commence à me dire « Personne ne voit où je suis en ce moment, si je travaille ou non… », je vais me permettre trop de libertés. Et plus on se laisse prendre par la facilité à moins être ponctuel, moins on le sera. Si vous n’avez pas la « contrainte » de devoir vous adapter à une équipe qui est à distance, si vous êtes 100% autonome, essayez de vous fixer et figer des horaires, sinon on repousse tout au lendemain et on avance pas.

  • 5# : On déconnecte

Sûrement le conseil que j’ai le plus de mal à suivre… La difficulté à laquelle je ne m’attendais pas en travaillant à distance, c’est la peine que j’ai à me déconnecter. En effet, à Paris, lorsque la journée était terminée, j’avais encore mon portable professionnel avec moi et tendance à répondre à quelques messages les soirs et week-ends, mais j’étais limitée car mon ordi restait au bureau. Mais depuis que mon lieu de travail est aussi devenu mon lieu de vie privée, c’est beaucoup plus difficile d’y résister. En effet, lorsque la journée est terminée, et que je reçois des mails, sms etc., et que mon ordinateur n’est qu’à portée de main, je suis tentée de le réouvrir et de régler le sujet dans l’instant. Aussi, à force d’être présente tout le temps de manière virtuelle, mes collègues et mon patron oublient peut-être plus facilement que je ne suis pas tout le temps joignable, que ce n’est pas parce que je « vis » dans mon bureau que je travaille à toute heure. Je me recadre régulièrement sur ce sujet, et j’essaie d’éteindre mon Mac dès que la journée est terminée et de le ranger.

J’ai frôlé à plusieurs reprises le burn out ces dernières années, avec de vraies alertes, et j’essaie aujourd’hui de me préserver et d’apprendre à dire NON, une de mes résolutions pour 2018, que j’arrive presque à tenir.

  • 6# : On communique

Cela dépend sûrement des métiers, mais le mien m’a permis d’être loin physiquement sans pour autant ressentir la solitude. Je suis de nature studieuse, aussi même lorsque j’étais au bureau, je pouvais passer des heures sans parler, à travailler (trop boring la collègue…). Mais il est nécessaire de communiquer avec l’extérieur un maximum. Parce que je suis le contact premier des clients, des équipes et de mon patron, je suis sans arrêt en train de leur écrire, leur parler au téléphone ou sur un chat etc. Je n’ai pas du tout le sentiment d’être isolée, plutôt d’être tranquille 🙂

  • 7# : On s’accorde des pauses

Lorsque j’étais au bureau à Paris, j’avais quelques temps de pause, qui se traduisaient pas des discussions avec les collègues, une pause goûter etc. Quand on est seul(e), on a tendance à être dans les extrêmes : soit on ne fout rien, soit on en fait trop. S’il m’arrive, comme tout le monde, d’avoir des journées où je suis moins efficace, j’ai plutôt tendance à me plonger la tête la première dans le travail et ne pas réussir à me déstresser. J’essaie donc de m’accorder des temps dans la journée pour faire autre chose. 5 minutes pour aller couper des légumes pour le repas du soir, 5 minutes pour aller câliner mes petites bestioles, 5 minutes pour faire un tour dans le jardin, 5 minutes pour aller me mettre du vernis à ongles… Bref, des petits moments « plaisir » pour souffler un peu, sinon j’égorge tout le monde 🙂

  • 8# : On se coupe des autres écrans

Le risque quand on est seul, c’est de se laisser tenter par le fait d’allumer la télévision pour avoir un fond sonore, ou de se lancer une série Netflix à côté etc. Pour l’avoir déjà expérimenté, c’est une très mauvaise idée (pour moi en tout cas). Déjà parce que cela mélange le loisir et le travail. Encore une fois, il faut bien séparer le temps destiné à bosser et le temps destiné à se détendre, c’est ce qui permet, je pense, de tenir sur le temps. Ensuite, parce que dans la balance, quand on est face à une série cool sur Netflix et un dossier client à traiter, le cerveau ne fait plus trop la part des choses, et on perd vite 30 minutes, 1h voire plus à se laisser happer par la série chouette.

J’espère que ces quelques conseils vous auront inspiré(es), que vous soyez déjà en télétravail ou en projet d’y passer. Je crois que c’est un mode qui ne convient pas à tout le monde, car cela nécessite d’être très autonome et d’accepter une forme de solitude quand même. Pour ma part, je m’y épanouis pleinement, je ne regrette absolument pas. Cela apporte son lot de difficultés, mais aussi de facilités, c’est un équilibre à trouver.

Et vous, avez-vous déjà expérimenté le télétravail, êtes-vous tenté(e)s par ça ?

Merci de m’avoir lue et bonne semaine !

MC ❤

Publicités

Une réflexion sur “Télétravail : comment on gère ? 8 conseils pour que ça marche.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s